cône


cône

cône [ kon ] n. m.
• 1552; lat. conus, gr. kônos
1Math. Surface réglée dont les génératrices passent par un point fixe, le sommet. Angle au sommet du cône (angle Ŝ du triangle) :intersection du cône avec le plan passant par l'axe. Angle solide du cône mesuré en stéradians. Hauteur du cône. apothème. L'intersection du cône et d'un plan quelconque est un cercle, une ellipse, une parabole ou une hyperbole. Cour. Solide à base circulaire, elliptique, terminé en pointe. Cône de révolution; cône droit, oblique. Tronc de cône, dont on a retranché le sommet ( tronconique) . Tailler un arbre en forme de cône. Cornet de papier, crème glacée en cône. conique. Montagne en cône (cf. Pain de sucre). Phys. Cône de lumière : faisceau de rayons lumineux divergents. — Cône d'ombre, formé par l'ombre d'un objet qui obture partiellement un cône de lumière. ⇒ éclipse.
2Bot. Fleur mâle ou inflorescence femelle des gymnospermes. Cônes mâles des cèdres. Cônes du pin (cf. Pomme de pin).
3Zool. Mollusque gastéropode (monotocardes) dont la coquille spiralée présente une ouverture en forme de fente.
4Physiol. Cellule nerveuse de la rétine en forme de cône, fonctionnant en lumière intense et responsable de la vision des couleurs.
5Géol. Cône volcanique : lieu où les laves et magmas en fusion atteignent la surface de la Terre.
Cône de déjection.
6Techn. Se dit de divers moules coniques. Cône de torpille : la partie qui contient la charge. — Mécan. Cône d'entraînement. Embrayage à cônes. Aéronaut. Cône d'ablation : partie antérieure d'un engin spatial destinée à le protéger de l'échauffement aérodynamique.

cône nom masculin (latin conus, du grec kônos) Objet de base circulaire ou elliptique et qui se rétrécit régulièrement en pointe. Botanique Organe reproducteur de quelques rares plantes angiospermes (houblon) et de toutes les gymnospermes nommées pour cette raison conifères. (Le cône femelle du pin, formé d'écailles abritant des graines ailées, est la pomme de pin ; le cône de l'épicéa est plus souple et plus allongé, celui du cyprès est globuleux, celui du cèdre ovoïde.) Chapellerie Première forme du chapeau en feutre après l'opération de feutrage. Géométrie Réunion de toutes les droites passant par un même point S et rencontrant une même courbe (C). [Les droites sont ses génératrices, S son sommet, et C sa directrice ; ] Solide limité par la famille des demi-droites de même origine S et s'appuyant sur une courbe plane fermée (C), et par le plan contenant (C). [La face plane de ce solide est sa base.] Histologie Cellule visuelle de la couche de la rétine au contact de la choroïde, déterminant la perception des formes et des couleurs. Mécanique Partie tronconique d'un outil, permettant sa fixation dans le nez de la machine qui l'utilise. Zoologie Gastropode marin carnassier et venimeux, dont la coquille a la forme d'un cône très joliment orné. (L'animal rampe avec la pointe du cône couchée vers l'avant ; toutes les espèces sauf une sont propres aux mers chaudes.) ● cône (difficultés) nom masculin (latin conus, du grec kônos) Orthographe Avec un accent circonflexe sur le o. Les dérivés conique, conicité, conifère n'ont pas d'accent circonflexe. ● cône (expressions) nom masculin (latin conus, du grec kônos) Cônes efférents, fins canaux reliant le testicule à l'épididyme. Cône d'avalanche, accumulation de débris au bas d'un couloir à forte pente, que ramonent périodiquement des coulées de neige. Cône de déjection, accumulation alluviale édifiée par un torrent au débouché du chenal d'écoulement dans une vallée principale. Cône sous-marin ou abyssal, amas de sédiments en forme d'éventail élargi vers le bas, édifié au débouché d'un cañon sous-marin. Cône volcanique, appareil construit autour du point d'émission par les matériaux éjectés lors d'éruptions de type strombolien ou vulcanien. Cône à base circulaire, cône dont la base est un disque. Cône droit, cône de révolution (solide). Cône oblique, cône (solide) dont la perpendiculaire à la base en son centre ne passe pas par le sommet. Cône de révolution, solide engendré par un triangle rectangle (surface) qui tourne autour d'un de ses côtés de l'angle droit ; surface engendrée par une droite passant par un point fixe S, tournant autour d'une droite fixe contenant S. Cône d'ancrage, pièce sur la surface de laquelle les fils d'ancrage du béton précontraint s'épanouissent. Cône d'étirage, portion du filet de verre chaud, située à la sortie de l'orifice de fibrage dans la fabrication de la fibre de verre. ● cône (synonymes) nom masculin (latin conus, du grec kônos) Géographie. Cône sous-marin ou abyssal
Synonymes :
- delta abyssal
- delta sous-marin

cône
n. m.
d1./d Surface engendrée par une droite (la génératrice) passant par un point fixe (le sommet) et s'appuyant sur une courbe fixe (la directrice).
|| ASTRO Cône d'ombre, de pénombre: ombre conique projetée par une planète ou un satellite dans la direction opposée au Soleil, dont cette planète intercepte les rayons. (V. éclipse).
d2./d BOT Fleur ou inflorescence de forme conique. Des cônes de pin.
d3./d ZOOL Mollusque gastéropode des mers chaudes, à coquille conique ouverte longitudinalement, et dont certaines espèces peuvent inoculer un venin mortel.
d4./d GEOL élévation conique au sommet de laquelle s'ouvre généralement le cratère d'un volcan.
|| Cône de déjection.
d5./d ANAT Cône terminal de la moelle épinière: partie terminale de la moelle au niveau de la deuxième vertèbre lombaire.

⇒CÔNE, subst. masc.
A.— [Désigne des figures] MATH. Figure géométrique à trois dimensions engendrée par une droite mobile (génératrice), passant par un point fixe (sommet) et s'appuyant sur une courbe fermée (directrice). Cône droit, oblique; sommet du cône :
1. Figurez-vous un cône renversé, mais un cône de granit largement évasé, espèce de cuvette dont les bords étaient morcelés par des anfractuosités bizarres :
BALZAC, La Peau de chagrin, 1831, p. 277.
En cône. Arbres nains taillés en cône (T. GAUTIER, Le Roman de la momie, 1858, p. 195).
Tronc de cône ou cône tronqué. Cône dont la partie supérieure est coupée par un plan.
1. ASTRONOMIE
a) Cône d'ombre. Ombre ayant la forme d'un cône qu'une planète, éclairée par le soleil d'un côté, projette sur le côté opposé :
2. Ils jettent dans l'azur des cônes d'ombre énormes, Ténèbres qui des cieux traversent les rayons...
HUGO, Les Contemplations, t. 2, Magnitudo parvi, 1856, p. 298.
b) Cône de révolution :
3. Mais en seconde approximation, la direction de l'axe de la terre décrit en 26 000 ans un cône de révolution de (...) de demi-angle au sommet...
V. KOURGANOFF, Astron. fondamentale élémentaire, 1961, p. 22.
2. OPT. Cône de lumière. Faisceau de rayons lumineux divergents partant d'un point quelconque. L'ampoule doit être à une hauteur telle que le visage soit en dehors du cône de lumière (Lar. mén. 1926, p. 522).
B.— [Désigne des obj.; p. anal. de forme]
1. Domaine de la nature
a) BOT. Fruit de la plupart des conifères consistant en un assemblage ovoïde autour d'un axe commun. C'était le temps où les arbres à cônes, chargés de pollen, agitent aisément leurs branches (GIDE, Les Nourritures terrestres, 1897, p. 161).
b) GÉOGR. Cône volcanique. Édifice volcanique généralement formé de projections volcaniques se dressant en forme de cône tronqué autour du point d'émission. Le trass est une pierre ponce brisée et pulvérisée provenant de cônes volcaniques (J. BOURDE, Les Trav. publ., t. 1, 1928, p. 153).
c) GÉOMORPHOLOGIE. Cône d'avalanche. Accumulation des débris provenant d'avalanches. Cône de déjection. Alluvions déposées par un courant d'eau affluent dans une dépression et ayant la forme d'un cône. Les cônes de déjection étalés aux débouchés des vallées secondaires (VIDAL DE LA BLACHE, Principes de géogr. hum., 1921, p. 179).
d) HISTOL. Cellule photo sensible de la rétine, de forme conique, épaisse et trapue, faisant partie de l'épithélium (d'apr. Méd. Biol. t. 1 1970) :
4. Il en est des cellules du centre cérébral de la vision, comme des cônes et des bâtonnets de la rétine, ce sont les diverses touches d'un clavier, non disposé en ligne droite mais en surface, aptes à figurer toutes les formes possibles...
RUYER, Esquisse d'une philos. de la struct., 1930, p. 153.
e) PATHOL. Syndrome du cône terminal. Ensemble des phénomènes paralytiques caractérisant les lésions du cône terminal de la moëlle épinière.
f) ZOOL. Mollusque gastropode prosobranche marin de la famille des Conidés (cf. DUMONT D'URVILLE, Voyage au Pôle Sud, t. 4, 1842, p. 318).
2. Domaine de la fabrication
a) CONFISERIE. Cornet de crème glacée. Joli cône.
b) MÉCAN. Embrayage à cône. Embrayage à friction dans lequel deux pièces en forme de cône communiquent un mouvement de rotation d'une pièce à l'autre. Les premiers embrayages à friction furent les embrayages à cônes (directs ou inverses) (Ch. CHAPELAIN, Cours mod. de techn. automob., 1956, p. 67). Cône d'eau claire. Appareil monté sur une caméra sous-marine et permettant, grâce à un dispositif rempli d'eau claire, de photographier en eau trouble.
Rem. 1. BESCH. 1845, Lar. 19e-20e, LITTRÉ et QUILLET 1965 enregistrent l'adj. côné. [En parlant de coquillages] Qui ressemble à un cône. 2. La docum. atteste a) Cône-ancre, subst. masc. Ancre flottante, constituée d'un tronc de cône en toile, que les hydravions et les aérostats utilisaient autrefois pour freiner leur course à l'amérissage. Entraîné dans la course du ballon, le cône-ancre déplace un grand volume d'eau (L. MARCHIS, Leçons sur la navigation aérienne, 1904, p. 551). b) Cônerie, subst. fém., p. plaisant. Ce qui présente la forme d'un cône. Un moustique vola dans la cônerie de la lueur d'un reverbère (QUENEAU, Zazie dans le métro, 1959, p. 220).
Prononc. et Orth. :[ko:n]. Écrit cone ds Ac. 1694-1740; cf. aussi ds FÉR. 1788, mais FÉR. Crit. t. 1 1787 rétablit : ,,L'ô doit porter un acc. circ.``. Écrit cône ds Ac. 1762-1932. DUPRÉ 1972, p. 498, fait remarquer que ,,souvent les dérivés ne gardent pas l'accent circonflexe des mots simples : cône [mais] conique; diplôme, diplomatie; grâce, gracieux; pôle, polaire; etc.`` Cela peut s'expliquer par le fait que dans le dér. la syll. en question n'est plus sous l'accent et que la voyelle s'ouvre : []; []; []; []. Étymol. et Hist. 1552 math. (RABELAIS, Quart Livre, éd. R. Marichal, chap. 33, p. 153); 1690 en partic. astron. (FUR. : L'ombre de la terre forme un cône); d'où « tout objet ayant la forme d'un cône » : 1. 1753 bot. (Encyclop. t. 3, s.v. conifère); 2. 1753 technol. se dit de divers moules coniques (ibid., s.v. cône); 3. 1796 géol. en parlant d'une montagne (DUSAULX, Voyage à Barège, t. 1, p. 197 : M. Pasumot et moi nous parvînmes, non sans difficulté, jusqu'au sommet de ce cône tronqué, dont les pentes sont presque verticales); en partic. 1797 cône d'un volcan (Voyage de La Pérouse, t. 2, p. 309; la lave sortie du cratère, s'est emparée de tout le pourtour du cône); 4. 1803 zool. (BOISTE). Empr. au lat. class. conus (< gr. « de pin », d'où « cône » CHANTRAINE), terme de géométrie. Fréq. abs. littér. :368. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 757, b) 841; XXe s. : a) 268, b) 306. Bbg. ADLERBLUM (A.). Vocab. de l'astronaut. Québec, 1972, p. 15. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 22, 233, 302.

cône [kon] n. m.
ÉTYM. 1552; lat. conus, grec kônos.
1 Solide dont la base est une courbe fermée, engendré par une droite mobile (génératrice) qui passe par un point fixe (sommet), en s'appuyant sur une courbe fermée (directrice). || Cône à base circulaire. || Cône circonscrit à une sphère. || Cône droit ou de révolution, engendré par la révolution d'un triangle rectangle autour d'un des côtés de l'angle droit, dit hauteur ou axe du cône (l'hypoténuse du triangle, appelée arête ou apothème du cône, engendre l'aire latérale).Cône oblique, dont l'axe est oblique à la base.Tronc de cône ou cône tronqué, dont on a retranché le sommet ( Tronconique).
Par ext., géom. Réunion de toutes les droites passant par un même point et rencontrant une même courbe (syn. : surface conique).
Cour. Cône droit; objet de base circulaire (ou ellipsoïde); objet conique. || En forme de cône, en cône. Conique, conoïde, strobiliforme. || Montagne en cône. Pain (de sucre). || Tailler un arbre en forme de cône.Cornet de papier, pain de sucre en cône. || Le couchoir, cône tronqué pour le commettage des cordages. || Les cônes de maçonnerie d'un mur, les dames-rondes de ce mur. || L'entonnoir, l'éteignoir, instruments en forme de cône. || Le cœur, organe en forme de cône aplati. || Cellule à cône. → ci-dessous, sens 4.
1 Une bande très nette de nuages d'un gris nacré coupait Ténériffe horizontalement par le milieu, et, au-dessus, le pic dressait son grand cône baigné de soleil.
Loti, Mon frère Yves, XLI, p. 109.
2 (…) nous faisons un cornet de papier. Nous engendrons ainsi un cône, sur lequel un bord du papier marque une rampe qui s'élève vers la pointe, et s'y termine après quelques tours.
Valéry, Variété V, p. 12.
3 Un chinois (…) portant le chapeau traditionnel en cône évasé.
A. Robbe-Grillet, la Maison de rendez-vous, p. 16.
Opt. || Cône de lumière : faisceau de rayons lumineux partant d'un point et allant en divergeant.
(1690). Astron. || Cône d'ombre : ombre conique qu'une planète éclairée d'un côté projette de l'autre côté. || Les éclipses de Lune ont lieu quand la Lune entre en tout ou en partie dans le cône d'ombre de la Terre.
2 (1753). Bot. Inflorescence de certains gymnospermes (Conifères) formée d'écailles portant les ovules. || Cône du pin ou pomme de pin.Inflorescence femelle du houblon.
3 (1803). Zool. Mollusque gastéropode dont la coquille conique présente une ouverture en forme de fente.
4 (1904, in Rev. gén. des sc., no 5, p. 276). Prolongement conique de certaines cellules rétiniennes, sensibles à la lumière vive (à la différence des cellules à bâtonnets). || Cônes et bâtonnets de la rétine. || Cône rétinien (même sens).
Cône terminal (de la moelle épinière), son extrémité inférieure.
5 (1797). Géol. || Cône d'un volcan : relief formé par les laves refroidies autour de la cheminée, par les cendres, les scories tombées autour du cratère. || Cône de déjection.
Cône sous-marin, abyssal, amas de sédiments.
Cône d'avalanche : accumulation des débris d'une avalanche.
6 (1753). Techn. Partie, objet conique. || Cône de torpille, partie qui contient la charge.Mécan. || Cône d'entraînement. || Embrayage à cônes.Aéron. || Cône d'ablation ou cône érodable : partie antérieure d'un engin spatial destinée à le protéger de l'échauffement aérodynamique.
Techn. || Cône d'eau claire : appareil monté sur une caméra sous-marine.
tableau Noms d'appareils.
7 Confis. Cornet de crème glacée. Glace.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • cône — cône …   Dictionnaire des rimes

  • Cone — Cône Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Cone — (k[=o]n?), n. [L. conus cone (in sense 1), Gr. kw^nos; akin to Skr. [,c]ana whetstone, L. cuneus wedge, and prob. to E. hone. See {Hone}, n.] 1. (Geom.) A solid of the form described by the revolution of a right angled triangle about one of the… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Coné — es un personaje de la tira cómica Condorito creada por Pepo. Apareció en la edición 22 de Condorito, en 1967. Es el sobrino de Condorito y vive como él en la ciudad ficticia de Pelotillehue. En una historieta revela que tiene 8 años recién… …   Wikipedia Español

  • cone — [ koun ] noun count * 1. ) an object with a circular base that rises to a point. Something in the shape of a cone is conical: a large building shaped like a cone a tower with a cone shaped roof 2. ) a cone shape that you put ice cream in and eat …   Usage of the words and phrases in modern English

  • CONE — CONE, U.S. commercial and philanthropic family. HERMAN CONE (1828–97), the father of 13 children, emigrated from Bavaria to the U.S. in 1845 and ultimately established a successful wholesale grocery business in Baltimore. His two eldest sons,… …   Encyclopedia of Judaism

  • Cone — ist der Name von: Personen: Fred P. Cone (1871–1948), amerikanischer Politiker Mac Cone (*1952), kanadischer Springreiter Schwestern Cone (1894–1929), Claribel und Eta Cone, amerikanische Gesellschaftsdamen und Kunstsammlerinnen Orten: Cone… …   Deutsch Wikipedia

  • cone — CONE. s. m. Terme de Mathématique. Pyramide ronde, corps solide, dont la base est un cercle, et qui se termine en pointe. Les pains de sucre sont faits en cône. f♛/b] On appelle Cône droit, Celui dont l axe est perpendiculaire à la base; et Cône… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • cone — [kōn] n. [ME < L conus < Gr kōnos, a wedge, peak, cone < IE base kō(n) , to sharpen > HONE1, L cos] 1. a) a flat based, single pointed solid formed by a rotating straight line that traces out a closed curved base from a fixed vertex… …   English World dictionary

  • Cone — (k[=o]n), v. t. To render cone shaped; to bevfl like whe circwlar segoent of a cone; as, to cone the tires of car wheels. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.